Un long chemin depuis le professorat d’arts plastiques... Quitter la ville pour un village perché en Haute-Provence, installer un atelier où tourner les pots qui me faisaient vivre, créer une ligne alliant tradition et modernité, accordée au pays. Et en parallèle, tenter de saisir sur le papier le mouvement des collines, la lumière des saisons, l’instant fugitif qu’on ne veut pas oublier.

Et à la fin de ma vie de céramiste, j’ai repris avec une joie extrême le dessin et la peinture. Les paysages de mes débuts ont laissé place à une méditation sur l’espace et le temps, la couleur a disparu au profit du crayon, l’éloge de la lenteur a remplacé la vitesse des pochades.
Ce sont donc des traits, de simples traits, pour dire le temps, pour dire l’unique et la multitude, pour accepter de se perdre dans un silence et s’en aller vers l’absence. La mémoire s’efface, les jours s’échappent... Et le dessin devient acte de résistance. Parfois, mon écriture, au service d’un grand texte classique (Proust bien sûr !) ou de mes propres textes, remplace le trait. Et un jeu se crée entre l’appréhension d’un texte et sa traduction plastique : une autre façon de lire, un autre appel à notre mémoire.
Et il y a aussi, la Maison de Brian. Depuis 2005 les murs anciens de cette maison du village se sont ouverts à l’art contemporain : j’y organise trois expositions chaque été, réunissant chaque fois trois peintres et sculpteurs
Pour mieux le dire, ces vers de Jacques Ancet (« un morceau de lumière » voix d’encre 2005)





Cette main qui écrit sous la table
sous les phrases ces mouvements
brusques griffonnages pattes de mouche
ces blancs vibrants ces pauses
ces silences on les sent parfois
sans les voir on guette
leur venue alors obscur on sait
que quelque chose commence
on essaie de deviner on se
penche on entend des mots
qu’on ne comprend pas on cherche à
déchiffrer l’écriture invisible
on voit sa main bouger
on ne voit rien
on brûle.





(souvent des céramistes) dont l'œuvre me touche. Je ne prétends pas être une galeriste, j'essaie de faire de mon mieux, un travail de passeur. Et je suis heureuse de faire aimer ce que j'aime : www.lamaisondebrian.fr